Les buts du projet D’fair Mëllech

Renouer le contact entre producteur et consommateur

Avec le projet „D’fair Mëllech“, les producteurs laitiers organisés au sein de la « FAIRKOPERATIV LËTZEBUERG » veulent renouer le contact avec le consommateur et, en même temps l’informer de façon exhaustive sur ce produit. Ils offrent au consommateur final un produit de qualité sain et plein de goût, tout en lui demandant de faire preuve de solidarité en exigeant un prix équitable, juste, couvrant le prix de revient pour sa production.

De leur côté, les producteurs laitiers de la « FAIRKOPERATIV LËTZEBUERG » s’engagent à convertir leurs exploitations de façon encore plus conséquente à l’agriculture durable et de soumettre leurs processus de production aux exigences du développement durable.

Ainsi, le consommateur, de par sa décision d’achat, a la possibilité de participer activement au développement durable de l’agriculture luxembourgeoise.

Renouer le contact entre producteur et distributeur

Dans le cadre du projet „D’fair Mëllech“, qui suppose une réorganisation de la chaîne de valorisation et donc également des circuits de distribution et de commercialisation, les producteurs laitiers organisés au sein de la « FAIRKOPERATIV LËTZEBUERG » cherchent le contact avec la distribution et le commerce local.

Grâce à la prise d’influence du producteur sur le déroulement du marché, la chaîne de valorisation est réorganisée de façon plus « équitable ». Producteur, distributeur et affineur deviennent parties prenantes d’une chaîne de valorisation unique dans son genre, au bout de laquelle le producteur reçoit un prix équitable et couvrant les coûts de production pour son produit. Ainsi, l’agriculteur prend en main son propre destin et sort des sentiers battus afin de garantir la capacité de survie de son exploitation. En même temps, ses efforts en vue de la sécurité et de la qualité des produits, son engagement en faveur de l’espace rural ainsi que dans le domaine de l’amélioration de la durabilité au Luxembourg sont reconnus et récompensés.

Implémenter des méthodes de production plus efficaces du point de vue de la durabilité

Une agriculture durable présuppose qu’on soit prêt à sortir des sentiers battus. C’est pourquoi les agriculteurs regroupés au sein de la « FAIRKOPERATIV LËTZEBUERG » seront dorénavant incités à une production plus efficiente du point de vue biologique, en accord avec et dans la nature, et ce grâce à des objectifs économiques clairement définis et raisonnables du point de vue agronomique et zootechnique.

Afin d’atteindre ce but, un concept moderne d’évaluation de la durabilité agricole sera utilisé et servira de base pour des objectifs futurs telles l’efficience biologique et la productivité par surface en cas d’utilisation intensive et d’usage des cycles naturels.
Les déclarations de marketing habituelles à propos des régions, de la gestion responsable des terres arables ainsi que de la qualité des produits, seront corrigées par des données mesurables.

Introduire des critères de mesure transparents

Afin d’y parvenir, un concept moderne d’évaluation de la durabilité développé par la coopérative agricole CONVIS sera utilisé.
Dans le cadre de „D’fair Mëllech“, CONVIS, l’organisme de conseil expérimenté de l’agriculture luxembourgeoise tient le rôle de conseiller et d’instance interne de certification. Grâce à sa méthodologie permettant de mesurer la durabilité dans les domaines de l’efficacité biologique, de la protection du climat et de la régionalité, des programmes de durabilité individuels sont établis à l’intention des exploitations participantes, avec l’aide desquels ceux-ci peuvent se préparer à moyen terme aux nouvelles régulations de la Politique Agricole Commune 2013.

Pour cette méthodologie, CONVIS a obtenu entres autres, en 1992 le « Präis Hëllëf fir d’Natur » de la Fondation Hëllëf fir d’Natur et en 2001 le « Environmental Award » de la Ford Motor Company pour son instrument de conseil, alors unique au monde. En pratique, près de 170 éleveurs bovins regroupés au sein du label de viande bovine de la chaîne de supermarchés luxembourgeoise CACTUS ont pu en tirer un bénéfice concret du point de vue économique. Ils ont entres autres, réduit de façon conséquente leurs pertes de fourrage, minimisé leur besoin en énergies fossiles et considérablement augmenté la production de gaz biologique depuis 1992, respectivement 1996, faisant ainsi un grand pas en direction des objectifs climatiques fixés par le sommet de Kyoto.